Dernière mise à jour le, samedi 22 septembre 2012 contact Contacter le webmaster
newsletter2 Newsletter  


VVL-Kamapa-présentation-1
Présentation des Karmapas

Le Karmapa est considéré comme celui qui accomplit l'activité éveillée de tous les bouddhas du passé, du présent et du futur. S lignée d'incarnation remonte au Tibet du XIIème siècle, lorsque vécut le Premier Karmapa, à l'origine de la traditon de reconnaissance des Lamas incarnés. De nombreux textes anciens évoquent les Karmapas. Dans la Lignée Karma Kagyu, on cite traditionnellement quelques prophéties le concernant.
  • Dans le Soutra du Roi du Samadhi (Samadhirajasutra) :
Les enseignements se propageront jusqu'au pays des visages rouges,
Qu'il incombe à Tchènrézi de discipliner.
Le Bodhisattva Rugissement du Lion (Simhanada)
Fera son apparition sous l'aspect du Karmapa.
Il disciplinera les êtres par sa maîtrise du samadhi,
Conduisant au bonheur ceux qui le verront, l'entendront,
le toucheront ou se souviendront de lui.
  • Dans le Soutra de la descente à Lanka (Lankavatarasutra) :
Vêtu de robes monastiques et portant une coiffe noire,
Il fera sans relâche le bien des êtres
Aussi longtemps que dureront les enseignements des mille Bouddhas.
  • Dans le Tantra de la terrifiante météorite enflammée :
Dans le mandala absolument pur,
Présence des Bouddhas des dix directions,
Celui qui est connu comme le Karmapa se manifestera
Afin de révéler le fruit de la pratique dans cette vie.
  • Le Tantra racine de Manjushri fait aussi allusion à son nom :
Il a ka au début de son nom et ma à la fin,
L'être noble qui viendra exposer les enseignements.
  • Dans le Trésor caché du rocher abrupt de Shang Rinpoché, on mentionne l'apparition d'un manuscrit jaune où il est question du Premier Kamapa, Dusoum Kyènpa (Celui qui Connaît les Trois Temps), de ses liens avec le grand érudit indien Dharmakirti et de sa future naissance en tant que sixième Bouddha :
Le Lama, qui est Dusoum Kyènpa,
Porte le nom de Dharmakirti.

Après les enseignements du Bouddha Maitreya,
Aux temps de celui qu'on nomme "Bouddha Lion",
Les enseignements se répendront largement.
Il est Dharmakirti lui-même.

Le grand lettré Sitou Panchèn évoqua également cette relation dans son histoire de la Lignée Kagyu. Tushita est le paradis sur lequel règne un futur Bouddha et d'où il descend sur terre. Tout comme Shakyamuni, le quatrième Bouddha de notre ère, descendit de Tushita pour prendre naissance sur terre de même le seigneur Maitreya attend en ce moment de s'incarer en tant que cinquième Bouddha et, selon les écrits bouddhistes, on le nommera le "Lion".

Les textes révélés de Terteun Sangyé Lingpa font mention de Gyalwa Chokyang (Mélodie Sublime du Vainqueur), qui fut l'un des vingt cinq disciples majeurs de Gourou Rinpoché et une incarnation précédente du Karmapa :
  • Au grand temple de Samyé, en présence de Gourou Rinpoché, du roi Trisong Détsèn et des principaux disciples, le roi interrogea Gourou Rinpoché à propos de Gyalwa Chokyang :
"Que deviendra, à l'avenir, l'actuel Gyalwa Chokyang ? Où sa renommée grandrira-t-elle ?"
  • Gourou Rinpoché répondit :
"Ecoutez attentivement, ô Souverain ! Dans le futur, celui qui est aujourd'hui Gyalwa Chokyang sera universellement connu. Il introduira les êtres,
l'expérience des trois kayas et leur procurera la grande félicité. En tant que sixième Bouddha, il portera le nom de "Lion". Fils du protecteur Maitreya,
Grand Amour, il détruira les fondations du samsara."


Ain si fut la prédiction du Sugata.

Les termas du maître Nyang Ral Nyima Eussèr présentent le Karmapa comme une émanation de Tchènrézi résidant à Tsourpou, siège principal des Karmapas au Tibet :

Tchènrézi, le Grand Compatissant,
Afin de dompter la Chine, le Tibet et la Mongolie
Grâce à l'activité éveillée de Gyalwa Gyamtso,
Apparaît sous l'aspect de celui qu'on nomme le Karmapa ;
Résidant à Tsourpou, il est Dusoum Kyènpa.

Cliquez pour agrandir l'image VVL-karmapas-présentation-2 coiffe
La Coiffe Noire

L'histoire de la Coiffe Noire remonte très loin dans le temps. Dans son invocation des grands maîtres, Sangyé Lingpa (1340-1396) s'exprime ainsi sur la Coiffe Noire des Karmapas :

L'être sublime qui détient la Coiffe Noire,
Le yogi qui a maîtrisé le Dharma, qui établi le monde dans la félicité,
Déployant l'activité éveillée de Tchènrézi,
C'est Dusoum Kyènpa de Tsourpou.
  • Le Tantra racine de Manjushri décrit aussi la Coiffe Noire :
Au sommet de son chignon bleu noir,
Apparaît la Grande Coiffe bleu noire, tissée de mèches sublimes
Et rehaussée d'un beau joyau lumineux.
C'est l'ornement de l'émanation des Bouddhas.

Il est dit que, d'innombrables éons avant celui-ci, le troisième Bouddha, Sugata Dipamkara, vint au monde. Un nombre incalculable d'éons de cela, dans un endroit situé à l'ouest du mont Mérou, naquit un fils au roi Yulkhor Kyong (Protecteur du pays et de ses sujets). Il possédait de grandes capacités pour demeurer sans distraction dans le recueillement méditatif. Plus tard, connu sous le nom de Drangsong Keunpakyé (Rishi de naissance rare), il resta en samadhi de parfaite concentration sur un seul point pendant huit cent mille ans. Quand, finalement, la réalisation du samadhi semblable au vajra naquit en lui, un million trois cent mille dakinis des dix directions furent remplies d'admiration. Elles se réunirent toutes en un même lieu, confectionnèrent une coiffe précieuse avec les cheveux offerts par chacune d'elles et en ornèrent le sommet d'un soleil et d'une lune. Manifestation de sagesse primordiale elle-même, la coiffe apparut naturellement sur la tête de Drangsong Keunpakyé.

Dans sa vie suivante, il fut Lhai Pou Drimé Karpo (Fils des Dieux, Blanc et Immaculé), Karma Dénou, le brahmane indien Saraha, etc. Pendant toutes ces incarnations, la coiffe de sagesse apparut sur sa tête à tous ceux qui étaient capables de la voir. Plus tard, au Tibet, d'abord sur la tête du Premier Karmapa, Dusoum Kyènpa, puis sur celle de toutes ses autres incarnations, il fut reconnu qu'apparaissait la coiffe de sagesse primordiale qui surgit naturellement.

Source : Site Officiel France de Sa Sainteté le 17ème Karmapa

Symbolique de la Coiffe

Cliquez pour agrandir l'image

Le Dharmata Immuable


La couleur de la coiffe Adamantine est bleu-noire. Elle représente la nature immuable de la réalité, le dharmata, de tous les phénomènes. La réalisation de l'éveil est aussi immuable, comme l'espace. Cet espace fondamental est représenté par la couleur bleu-noire de la coiffe.
Cliquez pour agrandir l'imageLes trois pointes de la coiffe adamantine au milieu et de chaque coté, représentent la présence spontanée des trois kayas ou le corps de la  bouddhéité :

1) le Dharmakaya
2) le Sambhogakaya
3) le Nirmanakaya.
Cliquez pour agrandir l'imageL'ornement sommital de la coiffe Adamantine, représente le pinacle de la sagesse et le Seigneur du Mandala dans les enseignements du Vajrayana. Il représente aussi l'action sans entraves de la sagesse de Bouddha.
Cliquez pour agrandir l'imageLe soleil et la lune, composés de pierres précieuses, décorent la partie centrale supérieure de la coiffe. Ils représentent les deux sagesses de Bouddha :

1) la sagesse qui perçoit les choses telles qu'elles sont ;
2) La sagesse qui perçoit l'étendue de toutes choses, obtenue par la réalisation de la Bouddhéité Dharmakaya.
Cliquez pour agrandir l'imageLes ornements en forme de nuages décorent les parties gauche et droite de la coiffe. Ces nuages représentent la pluie infinie et impartiale de sagesse et de compassion, qui, en répandant ces bienfaits sur tous les êtres, symbolise l'activité des Bouddhas et le dixième niveau du Boddhisattva. Le dixième Bhoumi du chemin du Bodhisattva est aussi appelé : « nuage du Dharma ».
Cliquez pour agrandir l'imageLe double Vajra ou Dordjé Gyatram qui embellit le devant de la coiffe, est serti de pierres précieuses de cinq couleurs. Ces couleurs représentent les cinq familles de Bouddha. Les lignes du Vajra symbolisent les quatre activités de l'éveil: la Pacification -  l'Accroissement – l'Attraction – la Destruction
La base est formée d un rectangle servant de support au double Vajra. Les quatre coins du rectangle représentent les quatre incommensurables :

1) l'amour altruiste,
2) la compassion,
3) la joie,
4) l'équanimité envers tous les êtres. C'est ainsi qu'il les conduit sur le chemin jusqu'à la réalisation du parfait éveil.
Cliquez pour agrandir l'image VVL-Karmapas-présentation-lettre testament
La Lettre Testament

Les Karmapas ne sont pas reconnus, comme c'est l'usage pour certains autres Lamas réincarnés au Tibet, par des divinations, ni par la prédiction d'une personne abitée par une divinité, ni par la chute hors d'un récipient d'un nom parmi d'autres. Ils possèdent un don particulier grâce auquel presuqe toutes les incarnations du Karmapa ont laissé ce que l'on nomme traditionnellement "les Mots Scellés de la Lettre Testament". Par l'effet de la sagesse du Karmapa qui connaît ce qui adviendra, la Lettre Testament laisse des informations claires sur le prochain Karmapa : le nom de sa famille, le lieu, l'animal de l'année dans le cycle de douze ans du calendrier et divers signes qui se révèleront liés à sa personne. Ces prédistions étonnantes font partie de la tradition selon laquelle sont reconnus la famille du Karmapa et son lieu de naissance.

Se conformant ainsi à cette coutume, le Quinzième Karmapa, Khakhyab Dordjé, juste avant de quitter son enveloppe charnelle, confia à un proche disciple un texte concernant le Karmapa suivant, Rangjoung Rigpeï Dordjé. Ce texte, intitulé le dernier chant, une fleur de roseau pour orner l'oreille, fut gardé sercret jusqu'au moment approprié. Le Onzième Taï Sitou, se fiant à son contenu, ,assuma la responsabilité de rechercher la réincarnation et de la reconnaître. Sur la base de ces recherches, la Treizième incarnation de Sa Sainteté le Dalaï-Lama, Gyalchok Thountèn Gyamtso, accorda la confirmation finale de la reconnaissance du Karmapa. De cette manière, l'histoire du mode de reconnaissance des Karmapas, qui s'est perpétué durant des siècles jusqu'au temps présent, relève des racines très profondes.

Le terteun Chokgyour Lingpa (1829-1870) était un grand maître et un visionnaire qui découvrit plusieurs trésors du Dharma. Il fut aussi un membre éminent du brillant mouvement impérial qui fleurit au Tibet au XIXème siècle. Dans ses prédictions concernant le Karmapa, il invoque tout d'abord Gylwa Chokyang, une des incarnations du Karmapa qui fut l'un des principaux disciples de Gourou Rinpoché :

Lotsawa Gyalkwa Chokyang, écoutez-moi !
En ce lieu sublime de la parole, Palais de la Demi-Lune,
Emanation de Tchènrézi, vous connaissez les trois temps.

Chokgyour Lingpa poursuit en donnant les noms des Karmapas quiu allaient naître après son temps :

Après l'entrée dans le paranirvana de Thèkchok (Véhicule Sublime, le Quatorzième Karmapa), les noms dont on aura besoin sont :
Déwé Dagnyi (Nature Même du Bonheur, le Quinzième Karmapa),
Rigpeï Dordjé (Vajra de la Conscience, le Seizième Karmapa),
Orgyèn Trinlé (Activité Eveillée de Gourou Rinpoché),
Samtèn (Stabilité de la Contemplation, le futur Dix-Huitième Karmapa,
Et ainsi de suite...

Il parle aussi individuellement de chacune des incarnations et livre la prédiction suivante concernant le Dix-Septième Karmapa :

Non loin, au pied d'un arbre verdoyant qui croît dans les montagnes rocheuses, se trouve la dix-septième incarnation du Karmapa en compagnie de Kènting Taï Sitou. C'est un symbole qui prouve que, par la fusion de leurs esprits en un seul, les feuilles ain si que les pétales des enseignements du Bouddha s'épanouiront et que les fruits, essence de la Lignée Dagpo Kagyu, seront abondants.

Le texte de Gourou Rinpoché, Prédictions Cachées, ouvre une large perspective :

Les enseignements de mon incarnation, Karmapa,
Ne cesseront que lorsque seront achevés les enseignements du bon kalpa.

Cliquez pour agrandir l'image VVL-karmapa-bouddha karmapa

Le Bouddha Karmapa et Activités des Bouddhas

  • Le Bouddha Karmapa

Du point de vue ultime, il est dit que le Karmapa a atteint l’éveil depuis bien longtemps, sous l’aspect d’un bouddha du passé portant le nom de Shènphen Namrol.
Le Karmapa deviendra le sixième Bouddha de cet éon et sera connu comme le Troukpa Sengué. Le Karmapa est indissociable du présent bouddha Shakyamouni.

Du point de vue relatif, il se manifeste en tant que Bodhisattva de la Dixième Terre (bhoumi) et est une émanation d’Avalokiteshvara (tib. Tchènrézik). Au travers des siècles, les Karmapas se sont manifestés sous différentes émanations.

Quelques unes des manifestations les plus importantes des Karmapas incluent les grands brahmanes indiens Saraha et Padmasambhava, ainsi que plusieurs autres émanations de maîtres du Tibet. Ces derniers ont conservé et diffusé les enseignements du Bouddha, apportant ainsi un bienfait à d’innombrables êtres.

Cependant un seul corps d’émanation (Nirmanakaya) de ces incarnations successives est reconnu comme le Karmapa durant une époque donnée. Tous les Karmapas ont été de remarquables maîtres bouddhistes de l’histoire du Tibet.

  • Activités des Bouddhas

Les Karmapas ont tenu une place importante, non seulement au sein de la lignée Kagyu, mais aussi dans bien d’autres écoles bouddhistes du Vajrayana au Tibet. On note par exemple, que le Troisième Karmapa Rangjung Dorjé joua un rôle clé pour préserver et développer la tradition Nyinthik au sein de l’école Nyingmapa. Le Quatrième Karmapa Rolpé Dorjé reconnut les qualités et capacités exceptionnelles de Jé Tsongkhapa, le fondateur de l’école Guélougpa, et devint son premier précepteur. Les Septième, Huitième et Neuvième Karmapas contribuèrent à la préservation et à la continuité des soutras, des tantras, et des lignées du Mahamoudra de l’école Kagyu. Le Quatorzième Karmapa participa à la préservation de la lignée Shangpa Kagyu. Grâce à lui la vision du mouvement non sectaire (tib « Rimé ») prit naissance au Tibet, et il encouragea son disciple de cœur, Jamgon Kongtrul le Grand, à la maintenir. Le Quinzième Karmapa Khakhyab Dorjé prit part à la préservation et à la continuité de la tradition des Termas de la lignée Nyingma.

Le Seixième Gyalwang Karmapa, Rangjoung Rigpé Dorjé, fut l’un des maîtres bouddhistes Tibétains les plus remarquables de notre temps. Il préserva les différentes lignées du bouddhisme Tibétain en exil, en consacrant principalement ses activités à la préservation des écritures bouddhistes, dont le Kangyur qui contient les paroles du Bouddha (108 volumes environ), le Tengyur qui comporte les traductions des commentaires par les maîtres Indiens et les paroles du Bouddha (214 volumes environ). Sa Sainteté fit une nouvelle édition du Kangyur (édition Dergué à New Delhi), qu’il fit distribuer gracieusement à tous les monastères tibétains en Inde, au Népal, au Bhoutan, et aux Etats-Unis. Le Tengyur fut aussi imprimé pour tous les monastères à un prix raisonnable. Un tel acte historique n’avait jamais été entreprit auparavant. De plus, Sa Sainteté préserva les écritures des grands maîtres Tibétains, qui incluent notamment toutes les œuvres disponibles des Karmapas et les diffusa pendant son exil en Inde, au travers d’enseignements, d’initiations, et d’impression de textes.

Sa Sainteté le Dix-septième Karmapa Gyalwang Karmapa, Orgyèn Trinley Dorjé, est un des maîtres éminents de l’époque post-1959 de l’histoire du Tibet. Il est le premier lama réincarné reconnu par le gouvernement communiste Chinois : un fait marquant dans l’histoire du monde. Après avoir été reconnu et intronisé au monastère de Tsourpou, Sa Sainteté contribua activement au développement du bouddhisme au Tibet dans les des années 90. Durant cette période, il fit reconstruire et développa entièrement le monastère de Tsourpou, le siège principal des Karmapas, qui avait été complètement détruit en 1959 et dans les années 60, lors de la révolution culturelle.

En 1999, le Karmapa fut contraint de partir du monastère de Tsourpou. Il prit donc la décision courageuse de fuir son pays au prix de bien des difficultés. Il réside actuellement au monastère de Gyutö, situé dans la région de Dharamsala. Il y reçoit la transmission complète des enseignements de la lignée Kagyu. Des milliers de personnes dont des tibétains, indiens, népalais, bhoutanais, asiatiques et occidentaux, rendent visite au Karmapa, qui accorde des audiences publiques et privées tout au long de l’année. Il reçoit également la visite de grands maîtres qui lui confèrent des enseignements ainsi que des instructions de pratique.
(Un des attributs les plus remarquable des Karmapas est la Coiffe Noire qui symbolise l’activité de la lignée des Karmapas. Pour plus d’information sur chaque Karmapa, voir les rubriques... Les Quinze Premiers Karmapas - Le Seizième Karmapa - Le Dix-Septième Karmapa)

Source : Site Officiel France de Sa Sainteté le 17ème Karmapa

Les Quinze Premiers Karmapas



Share

Accès aux Bouddhas Vivants

Vous trouverez sur ce site des informations sur le Bouddhisme et les lieux de pratique en France, grâce à l'annuaire des centres adhérents de l'UBF , classés par région et par Tradition. Pour chacun, un site Internet et une adresse mail vous permettront d'approfondir votre recherche et de les contacter. Les diverses branches du Bouddhisme sont représentées au sein de l'UBF...

Messages de Sa Sainteté le 17ème Karmapa


Dernière publication le, samedi 22 septembre 2012  pied de page

Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSS
newsletter2 Newsletter
contact Contacter le webmaster